Sangate Ebola (Création 2019)

SANGATE EBOLA

Camp de migrants laissé à l'abandon
Camp de migrants

Une création vivante en mouvement qui donne à voir 2060, des humains, un Decathlon, Mitterand et Koltes. C’est pourquoi dans cette histoire, je voudrais parler d’un magasin de sport type DECATHLON et d’un camping en 2050. D’autre part, de la reine Elisabeth, de cordes, d’escalade et de publicité pour des bouées JUMPER. Mais aussi, de voyages, de drones et de fin du monde, tout cela avec « des sacs en plastiques. »

Notre création se donne pour objectif d’explorer les formes d’expression artistique et linguistique des migrations contemporaines : exode, exil, errance, nomadisme.

 

Je m’appelle Nebil Daghsen et j’écris des histoires, parfois je les joue aussi. En effet, ma prochaine création explore les thématiques de la non-possession de la langue. mais aussi la nostalgie de l’inconnu et de la fabrication d’« une mémoire d’emprunt ». Aussi, je chercherai le désir de « reconstruction mémorielle et sociale » du métissage, de la bi-culturalité, et des liens de la diaspora avec le pays d’origine.

En outre, des comédiens ont eu l’immense délicatesse de vouloir me suivre. Mon souhait. Vivre une création artistique en caravane à travers L’Europe, l’Afrique du nord et le Moyen-Orient. En fait, un chantier à travers la Tunisie, le Liban et la France. Avec l’espoir d’accoucher d’un spectacle nourrit par notre propre errance. Afin de décrire les pertes, les blessures et les risques qu’impliquent ces migrations, mais aussi les nouveaux horizons qu’elles ouvrent.

INTENTIONS:

migrant traversant les barbelés
Migrants syrien, en Serbie le 27 août 2015.

Votre soutien est précieux, donner vie à cette caravane-aventure, c’est aussi permettre à cette écriture de s’accomplir et à ce spectacle de naître. Avant tout, je vis entre Beyrouth, Tunis et Paris. La Méditerranée est ma mer. Elle m’a vu grandir à Tunis. J’y ai connu le bonheur de l’enfance sans temps. Aujourd’hui on estime à 30 000 le nombre de réfugiés qui ont péri en Méditerranée depuis quinze ans. Je suis attiré par des sujets qui portent du tragique et du vital en eux. Réflexion faites; je ne sais pas écrire sur le quotidien. C’est pourquoi, je vais spontanément vers des cartographies faîtes de blessures, de cicatrices, de chaos et de drame. Partout les événements dans lesquels les êtres sont expulsés de leur vie quotidienne se multiplient. Dépouillés de leur métier, de leur contexte familier et de leurs vies. Ces êtres abordent les questions essentielles, existentielles : qu’est-ce qui fait qu’on avance, pourquoi est-on en vie ?

« Cette nuit nous disparaissons. Sans en vouloir à qui que ce soit, puisque nous ne sommes personne. Ma peau tannée par le soleil de Méliandou. Mon nom pour unique talisman, je m’appelle Ebola. »

Migrants traversant la Méditerranée

UNE POÉTIQUE NOMADE:

Migration d'hommes, de femmes et d'enfantsSANGATE EBOLA s’inscrit dans les idées d’Edouard Glissant qui considère l’errance comme une forme de résistance à une vision statique.Cette création sera centré sur le jeu des acteurs et la mobilisation de l’imaginaire, nous souhaitons une scénographie épurée mais porteuse de sens, qui interroge les multiples possibles que nous offrent une seule matière, de simple « sacs plastiques ». Pointant toujours la communauté des problématiques liées à l’exil, nous souhaitons aborder au passage différents langages artistiques afin de signifier l’infinie quête des origines entreprise par nos personnages. Désir originel d’une vie meilleure et plus confortable qui pousse l’individu à partir, difficile abandon du lieu d’origine, vécu à posteriori comme une perte et que les migrants se reprochent maintes fois, retour périodique au point d’origine afin de resserrer les liens avec ceux qu’on a laissés derrière »

THÉÂTRE CHORÉGRAPHIQUE ET DRONESQUE :

Sur les côtes d'italieDans la pensée orientale, aux arts d’Asie, il n’y a pas de mot pour différencier le théâtre de la danse. Avant tout le corps a fondamentalement besoin d’une identité, d’un rôle, d’un personnage. Ainsi,  l’histoire sera pour lui source d’incarnation. La création réunit des comédiens d’horizons, d’âges et d’esthétiques très divers. Il en est de même des styles de mouvements. Josephine Tiloy, chorégraphe aura à cœur de fédérer leurs rêveries et leurs gestuelles. Le langage devient partenaire dans l’image et non plus dominante et la danse, le geste, le mouvement sont une dramaturgie, une écriture non-narrative à part entière. SANGATE EBOLA est aussi l’occasion de s’interroger sur la nature du rapport à la robotisation du monde à travers une recherche chorégraphique qui allie le mouvement entre Corps et Drônes.

En conclusion, la finalité de ce travail peut être résumée ainsi :

faire éclater le texte dans un vocabulaire de gestes.

DISTRIBUTION ET ÉQUIPE ARTISTIQUE

Avec lea mecili, Hedi Rassi, Abdoulaye Dembele (distribution en cours)

Textes de Nebil Daghsen,
Création sonore de Marc Ramon

Mise en scène de Nebil Daghsen
Collaboration artistique de Josephine Tilloy et Mégane.

Avec: Lea Mecili; Hadi Rassi, Mamadou Camara, Sarah lé.

Scénographie de Nebil Daghsen

Lumières et régie générale (Stephane giret)

Diffusion du Spectacle Contact

Contact : Leslie Likion       :      likion.leslie@gmail.com