La troupe éphémere

La naissance d’une troupe éphémère  :

L’art au service d’une réinsertion. Le projet est porté par Impulsion 75 auprès du FSE  et mis en praticabilité par Improvisaction avec JLS et Ma quête représenté par Nebil Daghsen. 

I – Description du projet troupe éphémère

Il s’agit d’un projet pilote qui découle des précédentes actions de Coaching par l’improvisation théâtrale dans le cadre des Classes Préparatoires à l’Emploi et à l’Avenir (CPEA). Il nous est apparu comme innovant d’utiliser l’univers artistique comme moyen d’insertion professionnelle mais aussi comme vecteur de valeurs citoyennes, de savoir être et de savoir faire pour des jeunes en décrochage. Les participants à la 1ere session de ce dispositif sont sélectionnés parmi un certain nombre de jeunes volontaires ayant suivis une session coaching et montrant une réelle aptitude au jeu.

Cette envie partagée de vivre l’expérience de « troupe » a pour objectifs :

– l’initiation et la formation au métier de l’acteur

– la création d’un spectacle vivant (type pièce de théâtre) dans des conditions professionnelles

– l’écriture, la mise en scène et 2 représentations d’un théâtre forum en prévention du décrochage scolaire

– la découverte de 8 pôles métiers du monde artistique

– la découverte de 3 lieux mythiques (La Cité du Cinéma, Le Grand Rex, la Cartoucherie ou la Coline)

– la mise en réseau avec des professionnels

– Initiation à l’image à travers la réalisation d’un film court ou d’un documentaire (optionnel)

Enfin, il est important de préciser que cette action permettra d’assurer le suivi de ces jeunes adultes à travers ce dispositif artistique.

II – Créateurs du Projet et Intervenants

Jean Charles MULIER – 40 ans. Comédien / Metteur en scène. Formateur et Diplômé en Ingénierie de Formation CEGOS. BTS Action Commerciale et BAC ES

Nebil DAGHSEN 36 ans. Comédien (Travail avec Omar Poras, Remy Bézançon, Jean Baptiste Andréa, Cédric Clapish,Olivier Megaton….). Metteur en scène : Kamikaze : Pièce de théâtre ; Tournée international (Liban, Paris, Tunis et JTC 2013) Prénom Masque : Pièce chorégraphique ; tournée international (Liban, Paris, Tunis et JTC 2015) Réalisateur (Après eux : sélection officiel au Journée cinématographique de Carthage 2015)

« CAMERA LYCÉE »

I – CONTEXTE

 

Il s’agit d’un projet pilote qui découle de notre expérience de Troupe Ephémère. Nous souhaitons inscrire « CAMERA LYCÉE » en réponse/action au précèdent. Notre postulat est clair. Parmi les nombreuses thématiques abordées sur le projet précèdent celle du décrochage scolaire a rencontré un réel impact auprès des jeunes et des acteurs pédagogiques. Garantir l’égalité des chances, une bonne orientation pour un avenir professionnel, le vivre ensemble et réussir sa vie en société nous sont apparus comme des thématiques à approfondir.

Enfin, nous avons constaté que les jeunes montraient un réel intérêt et une grande familiarité avec l’ensemble des moyens numériques qui sont aujourd’hui à leur disposition (tablettes, téléphones, ordinateurs). Avec ces moyens « filmiques » être filmé et/ou se filmer est devenu une sorte de seconde nature pour ces jeunes. Nous avons tous été filmé, nous filmons tous, nous serons tous filmé, comme si l’image était devenue une dimension de la vie quotidienne. L’addition de ses deux postulats nous ont amené à créer ce nouveau concept/projet appelé « CAMERA LYCÉE »

Le second projet:

Nous proposons deux sessions de six mois chacune.

Projet innovant. Une vingtaine de jeunes seront initiés à deux disciplines artistiques (acting, vidéo) et se feront porte-paroles de la lutte contre le décrochage scolaire et porte voix de valeurs citoyennes et de vivre ensemble au sein d’une dizaine de lycées d’île de France.

Nous créerons un site internet www.cameralycée.com qui offrira un accès sécurisé et individualisé (codes) à chaque établissement scolaire ayant accueilli notre venue.

Chaque lycée partenaire choisira les thématiques sur lesquelles il souhaite travailler, nous permettant de faire du « sur mesure ». Proposer une infinité de mises en situation fortes (un faux lycéen incitant un autre à « sécher », un mauvais conseiller d’orientation, une situation conflictuelle prof/élève…). Filmer les réactions des jeunes lycéens au « naturel » pour en faire des pastilles vidéo pédagogiques qui seront présentées dans les classes afin de faire naître le débat et les échanges.